Nos ouvrages et DVD consacrés au massacre de Maillé

25 août 1944, Maillé… Du crime à la mémoire, Sébastien Chevereau, Éditions Anovi, réed. 2019, 224 pages.

À l’aide de témoignages et d’archives, l’auteur nous présente l’existence paisible du village avant la guerre et pendant l’Occupation, puis relate en détail la funeste journée du 25 août 1944 : l’enchaînement des faits, les responsabilités, sans oublier les conséquences du crime : le deuil, la reconstruction puis le temps des commémorations. Ce livre, premier livre d’historien consacré au massacre de Maillé, est une étude indispensable à la connaissance de l’Occupation et des pratiques répressives allemandes en France.

22,00 €

Maillé martyr, Abbé André Payon, Édition Maison du Souvenir, 2007, 96 pages.

Ce livre, écrit par l’abbé Payon, alors en charge de la paroisse de Maillé, retrace les tragiques événements du 25 août 1944. Édité pour la première fois au mois de février 1945, cet ouvrage est basé sur les constatations faites par l’abbé lui-même et sur les témoignages des rescapés. Première publication concernant le massacre de Maillé, ce document permet de comprendre le déroulement de la journée du drame.

15,00 €

Nous étions une famille heureuse, Serge Martin, entretiens avec Romain Taillefait, Éditions Lamarque, 2019, 143 pages.

De 2015 à 2017, durant de nombreuses séances d’enregistrement, Serge Martin a confié son témoignage dans le but d’en faire un ouvrage mêlant l’histoire du village de Maillé, mais aussi des anecdotes plus personnelles et un récit de son vécu. Après quelques chapitres consacrés à ses souvenirs de l’Occupation, il évoque la journée du 25 août 1944.

15,00 €

Mira, il fera beau… demain, Jean-Louis Chédozeau, Éditions Anovi, 2009, 64 pages.

Jean-Louis Chédozeau, l’auteur de cette nouvelle, est un rescapé. Il raconte le drame du 25 août 1944 à travers les yeux innocents et naïfs de sa chienne Mira, qui assiste impuissante à un déchaînement de violence dont elle et son jeune maître ne réchappent que par miracle. Son histoire est une mise en garde pour les nouvelles générations et une incitation à la réflexion sur la menace que représentent les idées extrêmes.

7,00 €

Maillé, j’avais 5 ans, Jean Baillargeat, Éditions Alan Sutton, 2009, 160 pages.

Jean Baillargeat est l’un des rescapés de Maillé. Son témoignage repose sur un échange de correspondances entre sa mère et sa grand-mère datant des jours qui précèdent et qui suivent immédiatement le massacre. En plus des souvenirs de l’enfant qu’il était, l’auteur porte un regard critique sur l’Homme et son comportement en temps de guerre.

12,00 €

Le Massacre de Maillé, Romain Taillefait, éditions Lamarque, 2021, 32 pages.

Ce guide est une courte synthèse qui présente le village avant la guerre et pendant l’occupation, puis relate la funeste journée du 25 août 1944. Mais au-delà du récit des faits, il replace le drame dans son contexte et propose une réflexion sur la construction d’une mémoire.

6,00 €

Visages du 25 août, Isabelle Vieux, Éditions Brumaire-Anovi / Maison du Souvenir, 2016, 128 pages.

Photographies et témoignages de onze rescapés du massacre de Maillé qu’a rencontrés la photographe Isabelle Vieux. Catalogue d’exposition enrichi de clichés de l’échange franco-allemand et de la commémoration du 25 août.

16,00€

Maillé, la mémoire oubliée, Clotilde Vandendorpe, Éditions Transmettre, 2019.

Le 25 août 1944, au petit matin, une troupe SS encercle Maillé, une petite commune rurale d’Indre-et-Loire située sur la RN 10, non loin de Tours. Son objectif est clair : massacrer toute la population. La tuerie dure trois heures ! L’armée allemande abandonne derrière elle 124 victimes et un bourg en feu, presque entièrement détruit. En France, Maillé représente le deuxième massacre de civils le plus important de la Seconde Guerre mondiale après celui, plus connu, d’Oradour-sur-Glane. Cet ouvrage pose la question qui légitimement nous interpelle : pourquoi ces événements du 25 août 1944, aussi tragiques soient-ils, sont-ils tombés dans l’oubli pendant près de cinquante ans ? Pour y répondre, Clotilde Vandendorpe s’appuie sur de nombreux témoignages et sources, aussi bien judiciaires que politiques, historiques ou mémoriels. Après un rappel du drame, elle évoque les raisons qui ont « effacé » provisoirement cette tragédie de la mémoire collective, alors que le village d’Oradour-sur-Glane a toujours bénéficié d’un véritable culte mémoriel.

24,00 €

Maillé, le massacre oublié, Marie-Françoise Gaucher – DVD – Édition TGA PRODUCTION, 2004, DVD, 25 min.

Ce film, réalisé en 2004, est le premier documentaire sur l’histoire de Maillé. Il relate le massacre au travers des divers témoignages des rescapés qui jusqu’alors n’avaient jamais parlé du drame. Saisissant et émouvant, ce document permet de mieux comprendre le déroulement de cette tragique journée du 25 août 1944

15,30 €

Maillé, un crime sans assassins, Christophe Weber – DVD – Édition Sunset Presse, 2011, DVD, 85 min + 25 min.

DVD 1 : ce documentaire diffusé sur France télévisions fait le point sur les recherches historiques et l’enquête judiciaire allemande en cours. Fruit d’un travail de recherches de plusieurs années, ce film tente de répondre à deux questions fondamentales concernant le massacre de Maillé : qui sont les auteurs de ce crime et pourquoi?

DVD 2 : making of du documentaire de Christophe Weber.

25,50 €

L’autre 25 août, Josiane Maisse – DVD – Éditions Les Deux Mémoires, 2004, DVD, 90 min.

Les 62 personnes qui s’expriment dans ce film livrent leur témoignage avec pudeur. Témoins directs ou indirects du drame, ils évoquent la journée du 25 août 1944, le traumatisme, la reconstruction et la révélation tardive de l’histoire du village. Réalisé en 2004, ce film particulièrement émouvant est un document unique dont le rôle est à la fois de sauvegarder la parole des derniers témoins et de faire connaître l’histoire tragique de Maillé.

18,40 €

De Santa Barbara à Maillé, les Hale… 1886-1958, Édition Maison du Souvenir, 2008, 24 pages.

En 2008, pour le cinquantenaire du décès du couple Hale, la municipalité de Maillé, l’association Pour le Souvenir de Maillé et la Maison du Souvenir ont décidé de rendre hommage à ces deux bienfaiteurs en réalisant une exposition consacrée à leur parcours exceptionnel. Le catalogue de cette exposition détaille leurs actions en faveur des soldats blessés pendant la Première Guerre mondiale, ainsi que leur parrainage de la commune de Maillé.

3,50 €

Nos ouvrages consacrés à la Résistance en Indre-et-Loire

La vicomtesse Marie-Thérèse de Poix, collectif, Éditions Anovi, 2015, 184 pages.

Résistante de 1940 à 1944, déportée à Ravensbrück, la vicomtesse de Poix est une figure importante de la Seconde Guerre mondiale en Touraine. Ce livre est la première biographie de cette femme de l’ombre au grand coeur.

19,00 €

L’abbé Henri Péan, Jean-Gilles Dutardre, Éditions Anovi, 2011, 144 pages.

Curé de Maillé à partir de 1930, l’abbé Henri Péan fut, sous l’Occupation, l’âme de la Résistance dans le sud de la Touraine. Il s’employa à faire franchir la ligne de démarcation à plus de 2 000 fugitifs et forma également un réseau de renseignement et d’action. Arrêté par la Gestapo en février 1944, il meurt sous la torture.

15,00 €

1914-1918, Des deux côtés, Armand, Wilhelm et les autres, collectif, Éditions Anovi, 2014, 300 pages.

Que sait-on en France de ce que vécurent les soldats allemands et leurs familles ? Que sait-on en Allemagne de ce que vécurent les soldats français ? Ce catalogue d’exposition retrace le destin de six soldats français et allemands dont la correspondance nous est parvenue. Basé sur leurs préoccupations quotidiennes, il rend hommage à tous les combattants de la Première Guerre.

21,00 €

Bulletins et hors-séries de l’association ÉRIL (Études sur la Résistance en Indre-et-Loire) :

Revue sur la Résistance en Touraine, elle permet à toutes les générations de découvrir une histoire qui leur paraît proche et connue mais qui l’est de moins en moins en raison de la disparition progressive des témoins de cette époque.
Les différents bulletins sont à découvrir en cliquant sur ce lien.

De 17,00 à 20,00 €

Nos ouvrages jeunesse

Éditions Quelle histoire !

La Seconde Guerre mondiale, collectif, 2015, 34 pages.
Du 1er septembre 1939 au 2 septembre 1945, toute la planète s’embrase, sur mer, sur terre, dans les airs, faisant de ce conflit le plus vaste que l’humanité ait connu jusqu’à aujourd’hui. Plonge dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, de la montée du nazisme en Allemagne à la bataille de Stalingrad, en passant par les grandes batailles du Pacifique.

5,00 €

Le débarquement, 6 juin 1944, collectif, 2014, 40 pages

Ce livre retrace les différentes étapes de cet événement clé de la Seconde Guerre mondiale. Découvre comment les parachutistes ont sauté dans la nuit, pour quelles raisons ce débarquement a-t-il eu lieu et comment cette opération a été méticuleusement orchestrée.

5,00 €

Franz, soldat allemand en 14-18, collectif, 2014, 40 pages

En 1914, Franz est tout juste diplômé et travaille dans une usine qui fabrique des avions. Cette activité doit cesser dès que l’Allemagne lui ordonne, comme aux autres hommes, de prendre part à la guerre qui vient d’éclater. Il écrit des lettres à sa mère, lui confie d’abord sa fierté patriotique, avant de partager sa profonde inquiétude quant à son expérience de la guerre.

5,00 €

Lucien, soldat français en 14-18, collectif, 2014, 40 pages

En août 1914, Lucien vend des journaux à Paris, mais il est bientôt appelé à rejoindre le front de l’armée française. La Première Guerre mondiale a éclaté en Europe. Lucien écrit plusieurs lettres émouvantes à sa femme, et s’il lui fait d’abord part de son enthousiasme, la lassitude s’installe bien vite pour laisser entendre toute l’horreur de la guerre.

5,00 €

Editions la Nouvelle République

Du débarquement à la Libération, raconté aux plus jeunes, 2019, 84 pages.
L’ouvrage nous plonge, planche après planche, dans la chronologie des évènements : de la préparation du D-Day jusqu’à son déclenchement et son déroulement, heure par heure.

4,90 €

Autres ouvrages ou DVD hors collection

Cartes postales :

À l’unité : 0,80 €, le lot de 3 : 2,10 €

Parce que j’étais peintre, l’art rescapé des camps nazis, Christophe Cognet – DVD – Éditions Jour 2 Fête, 2004, 100 min.

Une enquête inédite sur les œuvres réalisées clandestinement dans les camps nazis et un questionnement sur la notion d’œuvre et de beauté.

22,00 €

20 ans de reconstruction en Touraine, Elke Mittmann, éditions Hyx, Maison de l’Architecture du Centre-Val de Loire, 2016, 80 pages.

Ce que l’on appelle la « reconstruction » se décline en deux périodes distinctes : les politiques officielles du régime de Vichy entre 1940 et 1944 et celles portées, après la Libération, par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) qui vont durer en Touraine jusqu’au début des années 1960.

Cet ouvrage se focalise sur trois des villes les plus touchées par les destructions dévastatrices de la Seconde Guerre mondiale et les massacres commis par l’armée allemande en Indre-et-Loire : Tours, Saint-Pierre-des-Corps et Maillé.

Après le bilan des destructions, les solutions provisoires et les projets de reconstruction sous l’Occupation, la Libération ouvre la voie à plus de modernité tout en affirmant les grands principes d’une architecture néo-régionaliste monumentale. Grâce à la diversité de leurs approches créatives, les architectes vont chercher à redonner à chaque ville une nouvelle identité.

6,00 €

L’ONU, Françoise Passera, Édition Mémorial de Caen, 15 pages.

Ce fascicule retrace l’histoire de l’ONU. Largement illustré par des documents d’époque, des cartes et des dessins, il se veut accessible à tous et être un point de départ pour une étude plus approfondie sur la naissance de l’ONU, sa charte, les épreuves des guerres, les opérations de maintien de la paix… des événements qui font notre histoire.

2,00 €

La Blanche Route de Verdun, Kathleen Burke, commenté par Eric Labayle et Sébastien Chevereau, Éditions Anovi, 2016, 125 pages.

Ce livre, traduit récemment en français, retrace le parcours de Kathleen Burke, jeune infirmière américaine venue à Verdun en 1916 en pleine bataille afin de témoigner et de plaider la cause de son hôpital auprès de grands officiers de l’armée française. Elle et son mari (les Hale) ont parrainé Maillé après le massacre.

13,00 €

Alphonse Juin (1888-1967) – L’épopée du fils de gendarme, Jean-Paul Huet, éditions Anovi, 2005, 45 pages.

Quel destin exceptionnel que celui d’Alphonse Juin ! Ce fils de gendarme, ce pied-noir d’une extrême droiture a gravi un à un les échelons de la carrière militaire jusqu’à être élevé à la dignité de Maréchal de France en 1952. Tout au long des deux guerres mondiales et jusqu’à sa mort, la cause de la France a rythmé chaque instant de sa vie. Cette biographie s’adresse à tous les âges, elle restitue avec rigueur l’image d’un homme remarquable, parfois oublié, qui a fait en sorte, toute son existence, de mettre en accord ses actes et ses convictions.

5,00 €

De Sétif à Marseille par Cassino, Jean Lapouge, éditions Anovi, 2007, 288 pages.

Depuis sa sortie de Saint-Cyr en 1942, son affectation au 7e régiment de tirailleurs algériens de Sétif, son baptême du feu en Tunisie, puis la campagne d’Italie au côté du général Juin, jusqu’à son débarquement en France en août 1944 et à sa participation à la libération de Marseille, Jean Lapouge consigne tout par écrit. Ses carnets, tenus au jour le jour, nous révèlent l’existence quotidienne d’un chef de section de tirailleurs, ses préoccupations, ses doutes et ses espoirs. Riche d’informations inédites, ils rappellent la part prise par l’armée d’Afrique dans ses campagnes souvent oubliées de nos jours, mais qui ont rendu son honneur à la France et lui ont permis de siéger à la table des vainqueurs en 1945. Sincères et bouleversantes, ces pages constituent l’un des plus remarquables témoignages jamais écrits par un combattant français de la Seconde Guerre mondiale.

11,00 €

Lieux de mémoire, Izabel Tognarelli, Éditions Déclics, 2012, 156 pages.

Cet ouvrage est une invitation au souvenir par un tour de France des lieux de mémoire depuis la Révolution française jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Pour raconter la barbarie, les tranchées, la torture, les camps de concentration et le cortège des monstruosités dont peut être capable l’être humain entré dans une logique de guerre. Pour rendre hommage à ceux qui se sont sacrifiés pour la paix et la liberté. Y figurent l’histoire de Maillé et la Maison du Souvenir.

29,90 €

Petites surprises de printemps, Marcel Jourdain, témoignage commenté par Éric Labayle, Éditions Anovi, 2009, 175 pages.

Au soir de sa vie, Marcel Jourdain a consigné par écrit ses souvenirs de jeunesse, entre avril et août 1944, lorsque son histoire personnelle a croisé la « grande » histoire. Avec le regard d’un enfant, sans concession mais sans aigreur, il relate le quotidien d’un village du Cotentin, entre l’Occupation et la Libération. La vie des paysans normands à la veille du jour J, la cohabitation avec les Fallschirmjäger allemands, les parachutistes américains égarés, l’évacuation des civils, la bataille du mont Castre, les premiers contacts avec les G.I.’s, puis l’arrivée de la 2e DB du général Leclerc sont autant d’événements auxquels le jeune héros a été mêlé et dont il rend compte avec justesse.

13,00 €

Sauvé d’Auschwitz par l’Assistance publique, Charles Waserscztajn, éditions du CERCIL, 2016, 184 pages.

Pour Charles Waserscztajn, tout a commencé par une erreur lors de son enregistrement à l’Assistance publique, le 6 décembre 1940. Tauba, sa mère, jeune femme juive polonaise réfugiée en France depuis 1938, totalement démunie, sans solution, confie « provisoirement » son enfant à l’institution publique. En fait, celle-ci enregistre un abandon définitif. Cette erreur sauvera l’enfant de la déportation… Mais elle séparera définitivement l’enfant de sa mère. Tauba, engagée dans de nombreuses démarches pour récupérer son enfant, refusera de quitter Paris, au péril de sa vie.
C’est en 2001 que Charles découvre son histoire dans le dossier de l’Assistance publique et commence son enquête, à la fois travail de mémoire et recherche à dimension historique, pour nous livrer ce récit autobiographique.

18,00 €

Travelling sur les années noires, l’Occupation dans le cinéma français depuis 1945, Michel Jacquet, Éditions Mélibée, 2011, 176 pages.

Convaincu de l’aptitude du Septième Art à refléter les évolutions de l’opinion, Michel Jacquet examine le traitement réservé à la période de l’Occupation par le cinéma français. Travelling sur les années noires est un ouvrage sur la mémoire collective ainsi qu’un hommage rendu aux icônes du grand écran (Bourvil, Ventura, Delon, Depardieu…), dont les visages se superposent aux différentes figures de la France occupée.

14,00 €

Je m’appelle Isaac et j’ai été un enfant caché, Isaac Millman, Éditions du CERCIL, 2012, 80 pages.

Isaac Sztrymfman a 7 ans quand l’Allemagne envahit la France, pays où ses parents, Juifs polonais, se sont refugiés. Le 14 mai 1941, son père Moïshé est arrêté et enfermé au camp de Pithiviers où il reste de longs mois. Le 25 juin 1942, il est déporté à Auschwitz. Il y est assassiné. En 1942, Isaac et sa mère, Rivelé, sont à leur tour arrêtés et emprisonnés à Autun. Sa mère soudoie un gardien pour que son fils soit envoyé dans un hôpital où, grâce à la complicité des médecins et infirmières, les enfants juifs sont déclarés malades. Après ce refuge provisoire, Isaac est caché par plusieurs personnes, faisant alternativement l’expérience de la cruauté et de la tendresse. Il doit camoufler son identité et prend le nom de Jean Devolder. À la fin de la guerre, Isaac ne retrouve pas ses parents. Il est adopté en 1948 aux États-Unis et devient Isaac Millmann. Il restitue dans cet ouvrage coécrit avec le Cercil les scènes les plus marquantes de son histoire.

14,00 €

Plaques et stèles commémoratives (1939-1945) en Indre-et-Loire, Ingo Fellrath et Francine Fellrath-Bacart, Éditions la Simarre, 2007, 2007, 159 pages.

12,00 €